Screen width of at least 320px is required!
Loading...

Être une autre paire de manches

Catherine: Penses-tu Guillaume, que mode et écologie puissent être compatibles ?
Guillaume: Je n'ai pas d'avis tranché sur la question. En tout cas, c'est ce que les créateurs et couturiers actuels s'efforcent de faire. Si on en croit les défilés vus lors des dernières Fashion Week de New York et Paris, c'est une grande préoccupation du milieu en ce moment. Et toi, qu'est-ce que tu en penses ?
Catherine: Il y a les créateurs... et il y a l'industrie. Pour moi, « prêt-à-porter » et écologie sont forcément incompatibles ! Produire des tonnes de vêtements en série à moindre coût, c'est une chose, mais le faire de façon qui respecte l'environnement et les gens... c'est une autre paire de manches.
Guillaume: En effet. Est-ce que tu regrettes l'époque où les femmes se rendaient chez le couturier, pour se faire faire des vêtements sur mesure ?
Catherine: Oh oui ! J'aurais adoré être habillée par Yves Saint Laurent lui-même ou par Coco Chanel...
Guillaume: Rien que ça !
Catherine: Enfin, plus probablement, j'aurais simplement eu les moyens d'aller chez la couturière du quartier, comme la majorité des femmes. Mais même si tu n'étais pas plein aux as, tu avais des vêtements qui t'allaient vraiment.
Guillaume: Jusqu'aux années 50 et à l'émergence de la société de consommation, les gens étaient en général habitués à n'avoir que peu de vêtements.
Catherine: Tout à fait. Ils consommaient moins et mieux. Mais bien entendu, je ne vais pas être hypocrite. Comme la plupart des femmes, je ne vais pas chez la couturière : j'achète des vêtements faits en série à l'étranger.
Guillaume: Beaucoup de vêtements ?
Catherine: Peut-être plus que je ne le devrais ! Vouloir changer son mode de consommation et arriver à le mettre en pratique quand on est face à la tentation, c'est une autre paire de manches !
Guillaume: Il est vrai que maintenant la tentation est grande d'acheter constamment des vêtements à bas prix.
Catherine: Oui. Il y a tant de magasins partout...
Guillaume: Tu ne penses pas qu'il y a quand même une prise de conscience ces dernières années ? J'ai l'impression que les gens achètent beaucoup plus de vêtements vintage ou de seconde main.
Catherine: Oui, c'est vrai. Il y a aussi le concept de garde-robe capsule qui a le vent en poupe et que je trouve très intéressant.
Guillaume: J'ai déjà entendu ce mot mais je ne sais pas exactement en quoi ça consiste.
Catherine: L'idée, c'est de privilégier la qualité à la quantité. Au lieu d'acheter des tas de vêtements dépareillés, il faut penser à sa garde-robe dans sa totalité, et acquérir des vêtements de qualité qui peuvent tous être portés les uns avec les autres. Il faut posséder de bons basiques intemporels, que l'on peut mixer avec quelques pièces plus originales. Ainsi, on garde ses vêtements plus longtemps, et surtout on échappe à l'angoisse quotidienne des femmes...
Guillaume: Oui le fameux : « Je n'ai rien à me mettre ! »
Catherine: Exactement !
Guillaume: Alors, vas-tu te lancer dans la capsule wardrobe ?
Catherine: Je n'en sais encore rien. Penser à quelque chose, c'est facile, mais le faire pour de vrai, c'est une autre paire de manches !

End of free content.

To access this material, please LOG IN.

If you don't have a subscription, please click HERE to sign up for this program.