Screen width of at least 320px is required!
Loading...

To have your eye on someone

Avoir quelqu'un dans le collimateur

To come together

Accorder ses violons

To call the shots

Faire la pluie et le beau temps

Mind your own business

Occupe-toi de tes oignons / Ce ne sont pas tes oignons

To get on your high horse

Monter sur ses grands chevaux

To have a lot in common

Avoir des atomes crochus

To go sour

Tourner au vinaigre

To fall through

Tomber à l’eau

To corner someone

Mettre/Etre au pied du mur

To get along

Faire bon ménage

To fit like a glove

Aller comme un gant

To make a fuss

Faire des chichis

To get easily offended

Prendre la mouche

To not make sense at all

N’avoir ni queue ni tête

To back out

Faire machine arrière

To keep both parties happy

Ménager la chèvre et le chou

To hold a grudge against someone

Avoir une dent contre quelqu’un

To take the words right out of your mouth

Enlever les mots de la bouche

To be on the same wavelength

Être sur la même longueur d’onde

No contest/no brainer

Il n’y a pas photo

To get on someone's nerves

Casser les pieds de quelqu’un/ Etre casse-pieds

Occupe-toi de tes oignons / Ce ne sont pas tes oignons

Catherine: Apprécies-tu le Festival du Film de Cannes, Nicolas ?
Nicolas: Ça dépend de ce que tu entends par là. Si tu me demandes si j’apprécie de regarder des films originaux venus du monde entier, la réponse est oui. Mais si tu me demandes si j’apprécie de regarder les starlettes qui défilent sur le tapis rouge… c’est autre chose.
Catherine: Le Festival de Cannes est indissociable de la mythique montée des marches, Nicolas ! C’est une partie du show ! Ne me dis pas que tu n’apprécies pas de voir les plus belles actrices du monde se mettre sur leur trente et un pour l’occasion...
Nicolas : Oui, bon, j’avoue… Ce n’est pas la partie la plus pénible du festival. Ce que je n'aime pas, ce sont tous les potins et les ragots. J’ai toujours envie de dire aux journalistes : Occupe-toi tes oignons !
Catherine : Tu peux aussi regarder tout ça d’un autre œil, Nicolas. La ferveur et l’excitation qui accompagnent la montée des marches sont un phénomène sociologique très sérieux, et très intéressant à étudier.
Nicolas: Comment ça ?
Catherine : Mais oui ! J’ai lu l’article très intéressant d’un professeur de communication français, François Lardellier, qui a comparé la montée des marches à Cannes… à l’apparition de la Vierge à Lourdes.
Nicolas: Heu, je tombe un peu des nues. Mais quel peut bien être le rapport entre les deux ?
Catherine: Eh bien, de la même manière que Bernadette Soubirous a été transportée lorsqu’elle a vu la Vierge, la théorie de ce prof est que nous sommes transportés à la vue des stars sur le tapis. Cela fait partie des moments forts du véritable culte que nous rendons aux stars du cinéma. C’est comme si l’objet du culte se matérialisait devant nous
Nicolas: Eh bien, cette analyse va loin… J’espère que je n'idolâtre pas toutes ces stars ! Je me contente d'être un cinéphile, et pour ce qui est de la vie privée des stars, j'essaie de m'occuper de mes oignons
Catherine: C’est sage, mais en acceptant d’être des personnages publics et d’être célèbres, les stars savent qu’elles devront lutter pour garder un peu de vie privée.
Nicolas: Oui, j’imagine que ce n’est pas facile tous les jours d’être un dieu pour des milliers de gens ! Mais toi, Catherine, tu ne m’as pas dit si tu apprécies le festival ?
Catherine: Oui, je l’aime bien. J’ai toujours aimé le cinéma et je suis toujours curieuse de savoir quel film va remporter la Palme d'Or. Cannes est un laboratoire incontournable du cinéma mondial.
Nicolas: Et bien entendu, tu regardes la montée des marches avec admiration ?
Catherine: Ça m'arrive, et il m’arrive parfois de faire pire encore
Nicolas: C’est-à-dire ?
Catherine: Il m’arrive parfois de prêter attention à quelques potins du festival, et de suivre avec plaisir les petits scandales qui ont lieu chaque année sur la Croisette…
Nicolas: Non, ce n’est pas possible, Catherine, pas toi !
Catherine: Tu vas me dire à moi aussi : Occupe-toi de tes oignons ?
Nicolas : Bien sûr que non, Catherine… Te connaissant, tu es sûrement en train d’observer un autre phénomène sociologique intéressant !

End of free content.

To access this material, please LOG IN.

If you don't have a subscription, please click HERE to sign up for this program.