Screen width of at least 320px is required!
/

Des cérémonies en Europe et dans le monde entier marquent le centenaire de l'Armistice

Dimanche dernier, des événements spéciaux ont eu lieu en Europe et dans le monde pour marquer le 100ème anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. La plus grande cérémonie s’est déroulée à Paris. Des chefs d'État se sont réunis à l'Arc de Triomphe pour honorer la mémoire des victimes.

Dans un discours, le président Macron a mis en garde contre la résurgence des forces qui ont conduit au déclenchement de la guerre. Macron a déclaré : « Le patriotisme est l’exact contraire du nationalisme. Le nationalisme en est la trahison. En disant ‘nos intérêts d’abord, qu’importent les autres’, on gomme ce qu'une nation a de plus précieux… ses valeurs morales. » Il a également appelé ses homologues à « se battre pour la paix ».

Quelque 9,7 millions de soldats et 10 millions de civils sont morts entre juillet 1914 et novembre 1918, date de la signature de l'armistice entre les puissances alliées et l'Allemagne. En dehors de Paris, des commémorations ont également eu lieu en Grande-Bretagne, aux États-Unis, en Australie, en Inde et dans d'autres pays.

Guillaume: Catherine, à l'époque, certains appelaient la Première Guerre mondiale « la guerre qui mettra fin à toutes les guerres ». Si seulement ils avaient eu raison !
Catherine: Je sais. Néanmoins, cette commémoration a été l’occasion d’une réunion de discussion sur la paix et les problèmes mondiaux. C’est encourageant.
Guillaume: Mais un événement d'une journée et la réalité quotidienne sont deux choses différentes. L'Europe est plus divisée que jamais. Des nationalistes sont au pouvoir dans de nombreux pays du monde. Le sentiment que ça donne, c’est que nous vivons dans un monde dangereux.
Catherine: Oui, le monde est en train de changer. Oui, nous sommes plus divisés aujourd’hui. Mais, je ne pense pas que cela signifie nécessairement que nous soyons au bord d’une crise dangereuse. Cela va peut-être être le déclencheur de quelque chose de différent…
Guillaume: Quelque chose de différent que nous n'avions jamais envisagé auparavant ? Est-ce que tu penses à la nécessité de créer une armée européenne ?
Catherine: C'est la réalité, Guillaume. Les Européens estiment qu’ils ne peuvent plus compter sur les États-Unis pour se défendre. Une armée européenne apparaît donc comme une solution pragmatique.
Guillaume: Une solution pragmatique en théorie, mais qui ne marcherait jamais. L'Europe est même trop divisée pour ça ! Les pays sont de plus en plus adeptes du chacun pour soi.
Catherine: Oui, mais penses-tu que qui que ce soit veuille la guerre ? Tout le monde réalise que cette fois-ci ce serait vraiment catastrophique.
Guillaume: Je ne pense pas que qui que ce soit veuille qu’il y ait une guerre, Catherine. Mais quand les pays tiennent compte avant tout de leurs propres intérêts, cela laisse de moins en moins de place à la diplomatie. À terme, la guerre pourrait devenir inévitable.