Screen width of at least 320px is required!
/
Bienvenue à toutes et à tous à l’écoute de notre programme hebdomadaire ! Nous sommes le 5 décembre 2018. Je suis Nathalie. Parmi les sujets que nous abordons dans cet épisode : les protestations en France contre la hausse des carburants, le sommet du G20 et les prix des loyers, qui flambent à Paris. Je vous parle aussi des tensions entre l’Ukraine et la Russie, avant de rendre un hommage à un géant du cinéma, décédé il y a quelques jours : l’Italien Bernardo Bertolucci.

On commence avec les « gilets jaunes », un mouvement de protestation qui est en train de s’installer en France…

Les “gilets jaunes”, un malaise qui dure

En France, ils sont devenus le symbole de la protestation contre l’augmentation des prix du carburant. On a vu leurs « gilets jaunes » sur les autoroutes, à l’entrée des villes et des villages, et même en plein centre de Paris, sur les Champs Elysées. Les blocages et manifestations qu’ils ont organisés ont parfois été tendus et même violents, dans certains cas, mais cela n’a pas empêché leur mouvement de s’installer sur la durée. Depuis mi-novembre, leur mobilisation rythme la vie en France, car elle suppose routes bloquées, pénuries d’essence et problèmes quotidiens pour de nombreux citoyens.

Malgré tout, il est évident que les « gilets jaunes » bénéficient d’un soutien populaire qui reste important. Le gouvernement les a d’abord minimisés. Puis, après le succès de leur première grande journée de blocage, le 17 novembre, il les a diabolisés, pointant du doigt les violences qui ont émaillé les rendez-vous. Mais, voyant que les mobilisations continuaient, il s’est finalement résigné à les écouter… Un changement de discours et de méthode acté la semaine dernière par Emmanuel Macron, et ratifié par ses ministres, qui ont multiplié les messages conciliants à l’égard des manifestants.

End of free content.

To access this material, please LOG IN.

If you don't have a subscription, please click HERE to sign up for this program.